Expérience Sylvie GUINARD

Sylvie GUINARD

Présidente de Thimonnier et Vice Présidente de la FIM

Nos machines, mécatroniques, sont connectées et font remonter des informations alimentant une optimisation de la maintenance et des évolutions... La chaîne de valeur entière se numérise !

 Installée à Lyon depuis 1830 et inventeur de la 1ère machine à coudre, aujourd’hui Thimonnier conçoit et fabrique des machines spéciales pour emballages souples. En quoi Thimonnier est une Industrie du Futur ?

Nous souhaitons faire passer notre joyau d’excellence technique à l’excellence organisationnelle et opérationnelle. Dans ce but, nous utilisons depuis plus de 20 ans un ERP qui rend l’information unique « attrapable » par tous les collaborateurs. Les ateliers de production peuvent se connecter en temps réel sur les données numériques 3D du bureau d’études. Nos machines, mécatroniques, sont elles-mêmes connectées et nous font remonter des informations alimentant une optimisation de la maintenance et des évolutions. Nous interagissons aussi avec nos clients et nos fournisseurs et même avec les écoles et les centres de recherche ! La chaîne de valeur entière se numérise !

L’utilisation de nouveaux outils de conceptualisation comme la réalité virtuelle nous permettra de créer des jumeaux numériques qui valident l’ensemble des innovations en temps réel et permettent d’utiliser la réalité augmentée ou virtuelle. La fabrication additive facilite et accélère le prototypage.

Sur le salon Industrie Lyon, vous intervenez à une table ronde sur la place de l’Homme dans l’industrie du futur. Quels sont vos principaux messages  ?

L’industrie du futur est une industrie connectée capable de concevoir et fabriquer un produit complexe et personnalisé. L’homme et la femme participent à cette nouvelle excellence qui encourage la créativité et la montée en compétence. Thimonnier investit par exemple, tous les ans 2500 à 3000 h de formation. Mon 1er message est qu’ils sont au cœur de l’industrie du futur et que la formation des collaborateurs est une priorité !

Les apprentissages ont évolué et l’enjeu pour les jeunes est « de ne pas perdre le sens critique mécanique » et ses savoir-faire et expertises manuels.

Il est important pour notre profession d’amener les « digital native dans les entreprises » et de les raccrocher aux besoins mécaniciens. Mon 2ème message est que notre profession doit recréer des filières d’excellence en France pour ces métiers en devenir !

Nommée en juin 2016 Vice-Présidente de la FIM, vous êtes en charge de l’industrie du futur. Quels sont les enjeux de votre mandat ?

L’industrie du futur est un avant tout un projet de Société qui répond aux opportunités liées aux nouvelles technologies et au numérique. Des produits aux marchés, toute l’organisation de l’entreprise est touchée !

Notre fédération qui représente 30 200 entreprises (dont 10 500 ont un effectif supérieur à 10 salariés) et 629 000 salariés se doit d’accompagner les entreprises dans cette formidable révolution.

Les produits n’ont plus de frontières et c’est pourquoi la FIM travaille de manière décloisonnée avec les fédérations du Numérique et de la Plasturgie. L’enjeu n° 1 est d’anticiper la montée en compétence liée à l’arrivée de la digitalisation qui va créer de nouveaux métiers. Comment capter un jeune « digital native » et répondre à la pénurie de main d’œuvre sur les métiers traditionnels de chaudronnier et soudeur? L’enjeu n° 2 est organisationnel pour intégrer en interne la richesse de nouveaux collaborateurs et en externe l’entreprise dans son écosystème. L’enjeu n°3 est de les faire gagner en compétitivité tout en répondant au défi écologique et sociétal. L’enjeu n°4 est de travailler à la normalisation dans les domaines où nos industriels sont innovants et souvent leaders pour leur permettre de marquer leurs avantages et se protéger. L’enjeu n°5 est de chasser en meute tant au niveau de l’innovation technique que de l’international grâce en particulier aux dispositifs français clusters, pôles de compétitivité, CCI, Business France… et promouvoir ainsi l’industrie française dans le monde.

 

En savoir plus sur Thimonnier